• "One day,
    whether you

    are 14,
    28
    or 65,

    you will be stumble upon
    someone who will start
    a fire in you that cannot die.

    However, the saddest, most awful truth you will
    ever come to find—

    is they are not always
    with whom we spend our lives."


    votre commentaire
  • « (…) quitter quelqu’un en se promettant qu’on va se revoir, cela présage les choses les plus graves. Le cas le plus fréquent, c’est qu’on ne revoit pas l’individu en question. Et ce n’est pas la pire éventualité. La pire consiste à revoir la personne et à ne pas la reconnaître, soit qu’elle ait réellement beaucoup changé, soit qu’on lui découvre alors un aspect incroyablement déplaisant qui devait exister déjà mais sur lequel on avait réussi à s’aveugler, au nom de cette étrange forme d’amour si mystérieuse, si dangereuse et dont l’enjeu échappe toujours (…). »

    in Pétronille, Amélie Nothomb.


    votre commentaire
  • "Il faut se méfier des fleurs. Surtout à Pékin. Mais le communisme était pour moi une affaire de ventilateurs, et l'épisode des Cent Fleurs m'était aussi inconnu que Hô Chi Minh ou Wittgenstein. 

    De toutes façons, avec les fleurs, les avertissements ne servent à rien: on tombe toujours dans le panneau. 

    Qu'est ce qu'une fleur ? Un sexe géant qui s'est mis sur son trente et un. 

    Cette vérité est sue depuis longtemps; ce qui n'empêche pas les grands dadais que nous sommes de parler de la délicatesse des fleurs avec mièvreries.

    On va jusqu'à dire des soupirants niais qu'ils sont fleur bleu : c'est aussi incongru et inadéquat que de les déclarer "sexe bleu". "

     

    in Le Sabotage amoureux, Amélie Nothomb.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique