• Vendredi treize

    Hier matin, en prennant le métro pour me rendre au travail, le reflet de Nicola Sirkis flottait sur la vitre du wagon. 

    En fait, en me retournant j'ai vu qu'il s'agissait d'une vieille dame (ben oui tu croyais quoi ?) et me suis dit qu'une journée qui commence par un instant WTF, c'est une journée qui risque d'être méchamment longue.

    A midi, petite interlude au Virgin et petit auto-cadeau de réconfort, les Beatles m'voyez. Et comme je mets approximativement cent cinquante ans à me décider entre deux albums, ben j'ai pas eu le temps de déjeuner (j'ai deux neurones, bonjour).

    Comme j'étais un petit peu à la bourre (en plus), j'ai du accélérer le pas et failli dégommer sur mon passage un gros kéké en panoplie survêt' et lunettes de soleil (oups).

    Et puis là, ben le mec a eu une illumination et s'est dit que ça serait super cool de me suivre et de tenter sa technique de charmeur de serpent.

    Ce genre de tuile tombe systématiquement ce genre de jour où, t'as la tête complètement dans le fion et où t'as pas le temps d'avoir la répartie qui tue (ah non, ça c'est tout le temps en fait).

    Bref, le poetic lover a tenu fermement à m'accompagner jusque devant mon taf et insisté très lourdement pour avoir mon numéro. 

    Voyant qu'il ne lâcherait pas le morceau aussi facilement, j'ai griffonné des chiffres au hasard sur un bout de papier qui trainait dans mon sac et il est reparti gaiement en me lançant des signaux au loin. C'est ça, coucou, barre-toi.

    Là, il va falloir qu'on m'explique un truc. C'est quoi le plan des gros relou ? Je veux dire, le mec il est allé choisir la meuf la plus débraillée de la rue, genre épouvantail vivant, et il s'est dit que ça serait cool d'aller s'encanailler avec ses haillons ? Je comprends pas. C'est l'été, c'est le sud, il fait chaud, y'a des tas de viviers de cagoles plein les rues. Ma question est : pourquoi moi ?

    Quand j'ai raconté cet épisode à l'ami, il a répondu que c'était sûrement l'effet vendredi treize.

    Tss, ma vie entière est un vendredi treize.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :