• Marcher sous la pluie, sauter dans les flaques et coasser comme les grenouilles

    Au réveil de lundi, la journée semblait se profiler joliment. Des yeux-aimants croisés dans le métro, de ces regards qui attirent et dont on se souvient la tête en fleurs. D'ailleurs, ils me rappelaient quelque chose. Oui, mais quoi, qui ? 

    Et puis le soleil s'est soudainement volatilisé.

    En ces premières heures de dernière semaine d'août, d'autres collaborateurs sont rentrés de congès au bureau. Le calme qui régnait dès lors, s'est alors dissipé.

    Tous s'agitaient telles des abeilles affolées dans une ruche. Et les bourdonnements du genre ont vite fait de faire rappliquer Madame Migraine alors qu'elle n'était pas invitée.

    Un petit cafard de passage. Le songe d'être ailleurs ou de recommencer cette journée en fabriquant un soleil plus résistant.

    Mais j'ai pas les mains assez habiles pour ça.

    Peut-être qu'une bonne douche saura laver les vilaines tâches grises de ce jour un peu noir. Et puis penser que demain sera possiblement meilleur.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :