• L'amer Noël

    Chaque année, on tente vainement de rassembler le puzzle d’une magie fantasmée qui s’est étiolée avec le temps. Les valeurs se sont confondues, emmêlées, réinventées.

    Il suffit d’avoir côtoyé l’enfer pour envoyer se faire foutre la joie censée adoucir la fin de l’année. C’est là où Noël a quelque peu perdu son sens. Chacun auto-centré sur ses propres difficultés en oublie de se mettre sur “pause” et s’ouvrir à l’autre.

    Il y a quelque chose de factice dans l’échange plébiscité en cette période. Si l’on se base sur l’esprit capitaliste qui a déraisonné la pensée mais pas que.

    J’ose espérer que donner un peu d’immatériel reste pour certains une priorité. Même si agir avec un total désintérêt est une valeur absconse. Et au moins se sentir l’âme plus légère que l’estomac à l’issue de ses interminables repas à la confrontation familiale presque inévitable – et ce même au sein des foyers les plus chaleureux.

    Pour mieux digérer le post-sentiment de vide sous-jacent.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :