• L'amant inachevé

     

    Lorsque je rentre au bercail, c’est toujours avec la même idée derrière la tête. Huit ans, le même scénario. Et puis en réalité, rien. Le vide, le silence, l’absence. Jamais rien.

    Alors je fuis, loin, de plus en plus loin d’ailleurs. Histoire d’oublier, de passer enfin à autre chose. Alors je vis, je ris, j’embrasse, je fais l’amour, j’essaie d’effacer ce souvenir persistant.
     
    Huit ans et c’est toujours là, tenace. L’espoir et le désir intacts, malgré la vie, malgré l’espace, malgré le vide, le silence, l’absence.
     
    Cette fois, j'ai tellement cru que ça serait différent. Parce que j'ai tendu la main et qu'il l'a effleurée.
     
    D'ailleurs cette fois, c'est peut-être même encore pire.
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :