• Kleptomaniaque

    Bon, le prochain qui me fait un procés pour névrose consumériste avérée, je lui lascère les couilles. C'est bon, je SAIS. 

    L'amoureux a trouvé sa parade : il étrangle ma main avant de l'emporter dans un mouvement hyperbrutal afin de briser l'équilibre statique de ma chair. C'est le signal, l'alerte. J'ai dépassé la limite règlementaire du temps imparti à la contemplation d'une fringue/chaussure/chose aléatoire/autre.

    Après, je me traine presque au sol comme l'enfant qui fait son caprice. Si je gagne, tout va bien et tout le monde est heureux dans le meilleur des monde (pour au moins 27 heures) (le temps pour mon cerveau de trouver une nouvelle target).

    En revanche, s'il parvient à me raisonner (je préfère même pas finir cette phrase) (et je le remercie au passage pour son endurance à supporter mes frasques).

    Alors là. On tombe carrément dans une dimension parallèle. Science-fiction. Obsession. Tout un un tas de -ion.

    J'ai bien réfléchi à tout ça, digéré la chose. Oui, je suis atteinte. Coucou.

    Et si j'ai bien compris, ça remonte précisément à l'époque où j'avais des couettes et des dents de lait. Un jour comme un autre, le premier amour irraisonné (qui aurait pu être un humain, mais non).

    La chose en question était un ridicule morceau de tissu vert fluo en forme de noeud-pap pour homme clown. Vert. Fluo.

    Un truc immonde échoué sous un rayon de vêtements pour dames, où j'adorais me planquer pour foutre la trouille à la hiérarchie génitrice.

    Pour convaincre maman d'acheter cette cochonnerie, j'avais sorti l'artillerie lourde : le combo suprême supplications/larmes/cris/roulades au sol/menaces. Ceci dit, je manquais déjà nettement de diplomatie et elle n'avait pas cédé.

    C'est alors, que le machinfluo s'est retrouvé comme par magie dans la poche de ma parka rose capuche moumoutte (jingle années 80) et qu'une fois rentrés à la maison, il en est sorti comme le Diable de sa boite. Devant mes parents, médusés. 
     
    Le coup d'état du siècle. Leur enfant de quatre ans est un déliquant.

    Je vous épargne la séquence suivante servie d'une rouste monumentale arrosée de morale manichéenne.
    Après qu'on m'ait confisqué ledit objet du délit et quelques jérémiades de rigueur, l'affaire était donc classée.

    Sauf que. Le truc hyper capital, passé sous le nez de tout le monde, et pourtant bien plus redoutable que le vol en lui-même, c'est cet oeil qui pétille quand il veut, désire, convoite et qui précède l'extrême jouissance d'avoir.

    La. Jouissance. D'avoir.

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :